Déclaration de l’initiative « Citizen Observer »: Tigran Moukoudjian a exercé des pressions sur une représentante des médias

Le 6 décembre 2015, lors du référendum constitutionnel, l’initiative « Citizen Observer » a reçu un rapport de Meline Avakian, représentante du média Asparez et d’Ani Kevorkian, représentante de l’ONG Europe en droit, qui ont supervisé le référendum de la circonscription 19/15. Il leur a été interdit d’éxaminer les listes d’électeurs et de prendre des notes sur celles-ci dans leur journal. Compte tenu du rapport déposé et du droit de parole de Meline Avakian, les avocats de « Citizen Observer » ont déposé une requête auprès de la Commission du référendum central, affirmant que le droit des représentants des médias de contrôler les listes d’électeurs a été violé et a demandé que cette violation soit éliminée.

Le 7 décembre 2015, le bureau du procureur général a diffusé l’information suivante (http://www.aravot.am/2015/12/07/636987) :

« T. Moukoudjian a informé que, tout en vérifiant personnellement les informations sur la demande déposée au nom de Meline Avakian, journaliste du media de Asparez, il s’est avéré que les faits présentés ne correspondaient pas à la réalité. Elle n’a demandé à personne de déposer une demande en son nom et a envoyé un SMS concernant le fait. »

Meline Avakian a été contactée le 7 décembre 2015 afin de clarifier le contenu de cette déclaration. Elle nous a informé lors d’une conversation que Tigran Moukoudjian l’a appelée personnellement lors de la journée du scrutin (le 6 decembre 2015) pour lui annoncer qu’une demande a été envoyée à la Commission centrale du référendum en son nom et avec une mention selon laquelle elle a été intimidée au bureau de vote 19/15 et d’autres “mauvaises choses”. La représentante d’Asparez a informé Tigran Moukoudjian, président de la Commission, que rien de tel ne s’est produit. En réponse, ce dernier lui a fait appeler “tout le processus électoral” (nous le citons littéralement) pour l’informer qu’il n’en était rien.

Au cours d’une conversation téléphonique, Meline Avakian nous a confirmé qu’il leur a effectivement été interdit de surveiller les listes d’électeurs et de prendre des notes de celles-ci puisqu’elles gêneraient le travail de la Commission et qu’elles ont du attendre la fin du processus référendaire avant de pouvoir prendre des notes.

Au lieu de réagir face aux violations constatées lors du référendum, Tigran Moukoudjian a appeler personnellement des représentants des médias. Profitant de leur inexpérience, il a exercé des pressions en les désinformant et en les trompant, notamment lorsqu’il a évoqué de sujets n’ayant rien à voir avec le contenu de l’application et que les représentants des médias sont intimidés et sous pression, les obligeant ainsi à refuser leurs applications.

L’initiative « Citizen Observer » condamne strictement le comportement de Tigran Moukoudjian et lui demande d’exercer les pouvoirs légaux qui lui sont réservés par la loi, notamment de poursuivre l’examen des violations constatées lors du référendum constitutionnel du 6 décembre et à prendre les mesures nécessaires pour que les auteurs des violations soient traduits en justice.

 

Initiative « Citizen Observer »