L’ONG Europe en droit condamne l’inconduite de la police arménienne

Ce matin, depuis 7h50, les avocats de l’ONG Europe en droit reçoivent des appels téléphoniques en permanence concernant des perquisitions d’appartements de ressortissants arméniens par la police. Ces actions ont été accompagnées de violations massives des droits de l’homme.

Quinze officiers sont en effet entrés dans l’appartement (situé sur Ghougassian 15A, à Gyoumri) d’Aram Hagopian, membre du Parlement fondateur, pour effectuer une fouille. Ils ont saisi son téléphone portable et ceux de sa famille et n’ont pas été autorisés à appeler Europe en droit pour recevoir des conseils juridiques. A la demande de l’ONG, l’avocat Hayk Haroutiounian est arrivé sur les lieux de l’incident mais n’a pas été autorisé à entrer chez Aram Hagopian.

ELA a également appelé le service d’assistance téléphonique du Défenseur des droits de l’homme d’Arménie, après quoi son représentant est arrivé à l’adresse indiquée, mais lui non plus n’a pas été autorisé à entrer dans l’appartement.

Vers 6h30, un autre groupe de policiers est entré pour fouiller le domicile de Varoujan Avedissian, un autre membre du Parlement fondateur. Avedissian a été arrêté par le Comité d’enquête arménien.

Au même moment, des membres du Parlement fondateur, Pavel Manoukian, Jirayr Sefilian, Toros Sefilian et Garo Yeghnoukian ont été arrêtés dans des circonstances similaires.

Selon nos informations, des ordinateurs ont été saisis dans les appartements de Pavel Manoukian et Garo Yeghnoukian.

Europe en droit condamne fermement ce genre de comportement illégal de la police arménienne et appel à respecter la Constitution et les lois de la Republique et à ne pas violer les droits de l’homme et les libertés fondamentales.

Concernant la déclaration du Service de la sécurité nationale et du Comité d’enquête, mentionnons qu’il ne s’agit que d’une violation de la présomption d’innocence.